• PARENTALITÉ

    10/06/2021

    De la couche au pot !

    De la couche au pot !

    Astuces et conseils pour accompagner pas à pas l’enfant sur le chemin du pot et de l’arrêt des couches

    Questions à Audrey Prat, psychologue en crèche

     

    Comment puis-je accompagner mon enfant dans cette grande étape de la propreté ?

    C’est effectivement une grande étape pour l’enfant, qui marque le passage de la petite enfance à l’enfance. Il entre alors dans le monde des « grands ». Lorsque vous nommez ce que vous trouvez dans sa couche, vous l’aidez déjà à se préparer. Ainsi, il se familiarise avec le vocabulaire et il  apprend à différencier ses sensations.  Vous pouvez aussi solliciter une aide active de votre enfant au moment des soins, notamment en lui proposant de s’essuyer lui-même, en le changeant debout et en le laissant jeter sa couche à la poubelle. Le rendre petit à petit acteur de ces moments l’aidera à terme à prendre soin de lui.

    Votre rôle est aussi d’organiser l’espace et le matériel : trouver une place  pour le pot, placer un marchepied pour les toilettes, ajuster sa garde-robe pour qu’il puisse enlever et remettre ses habits facilement.  

    Vous pouvez aussi l’inciter, mais sans insister. L’inviter à découvrir le pot, lui proposer d’aller faire pipi avant de partir de la maison, avant ou après une sieste… et respecter ses réponses pour rester à son rythme.

    Le livre personnalisé des Éditions Zèbre et Colibri est un très bon support pour l’enfant. Il s’identifiera au personnage principal et cherchera par la suite à l’imiter.

     

    Comment savoir que mon enfant est prêt à être propre ? Est-ce qu’il y a un âge précis ?

    Non, il n’y a pas d’âge précis ! Pour l’acquisition de la continence, les plus précoces (qui sont très peu nombreux) abandonneront les couches vers 18 mois. La majorité des enfants sont continents en journée autour de 3 ans. Certains ont cependant besoin de quelques mois de plus d’expérimentation.

    Quant à savoir si votre enfant est prêt à tester le pot, les toilettes, ou même à quitter définitivement ses couches, il existe plusieurs repères qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille :

    - Il sait monter les escaliers sans aide en alternant un pied, une marche. Mais rien ne sert de programmer un entraînement intensif ! La capacité physiologique de se retenir sera d’autant plus efficace qu’on aura laissé l’enfant faire à son rythme.

    - Il s’intéresse au pot ou vous observe sur les toilettes ! Si le sujet éveille sa curiosité, vous pouvez commencer à aborder le sujet.

    - Il dit ou utilise un signe pour vous dire « pipi », « caca ». Ce n’est pas la garantie qu’il fera au moment de le dire mais c’est un début prometteur !

     

    Quel est le meilleur moment pour proposer l’arrêt de la couche à mon enfant ?

    Proposer me semble le mot juste. Et donc si on ne fait que proposer, le meilleur moment est celui où l’on pense que son enfant est prêt. Vous pouvez lui laisser le choix après chaque change, par exemple, de remettre une couche ou non. Ainsi, vous proposez et l’enfant dispose ! C’est un bon moyen de suivre son rythme. Vous cheminerez avec lui en fonction de ses réponses. Certains mettront du temps avant de dire oui. D’autres oscilleront entre oui et non en fonction des jours ou des situations. D’autres encore accepteront très facilement et n’enfileront plus de couche dès la première tentative.

     

    Que faut-il éviter pour ne pas entraver la bonne acquisition de la propreté ?

    Une méthode qui se transmet encore parfois d’une génération à l’autre est celle du conditionnement… On met bébé à heure fixe sur le pot ou on repère son rythme.  On le contraint à rester par la force ou par la ruse et bébé finit par faire dans le pot. Le message transmis à l’enfant est ici problématique. On l’invite à comprendre que l’adulte sait mieux que lui quand il a besoin d’aller aux toilettes.  On biaise alors la phase d’exploration de ses sensations et des liens qui doivent en découler. D’après plusieurs études, il existe un lien entre apprentissage précoce d’utilisation du pot et problème de constipation ou de fuites urinaires à un âge plus avancé.

    Favoriser l’autonomie amènera l’enfant à acquérir un réel contrôle et à se sentir confiant !

    Évitons aussi les menaces comme « Tu n’iras pas à l’école si tu n’es pas propre… » ou les remarques péjoratives du type « Ce sont les bébés qui portent des couches ». Il n’y a pas de mal à avoir été ou être un bébé. Tout comme il est positif de grandir. À chaque tranche de vie ses changements et ses défis. Préférons les encouragements, le partage de souvenirs. C’est l’occasion pourquoi pas de demander à papi ou mamie de raconter comment ça s’est passé pour vous. Vous avez probablement été confronté à quelques défis que vous avec réussi à surmonter !

     

    Combien de temps peut durer cet apprentissage ?

    C’est un processus long. Il faut du temps et de l’expérimentation pour que le corps et l’esprit soient fin prêts. Si l’enfant met plusieurs mois à quitter ses couches, c’est tout à fait normal. Dans certains cas, l’intérêt de l’enfant pour le sujet n’est pas flagrant. Son exploration passe par d’autres activités que de se familiariser avec le pot. Ou alors l’enfant a fait une fois pipi dans les toilettes puis plus rien pendant de longs mois. Et puis finalement, quasiment du jour au lendemain, l’enfant devient propre !

     

    Avez-vous des conseils pour familiariser l’enfant avec l’objet pot ?

    Le rendre visible, accessible et de préférence toujours le placer au même endroit. Laisser l’enfant l’explorer à sa guise. Certains pots peuvent être malmenés au début. L’enfant va tester les propriétés de la matière en le lançant, en le faisant glisser sur le sol, en le positionnant à l’envers… souvent doudou va y faire un tour en éclaireur. Ainsi, il deviendra un objet familier et le petit explorateur, la petite exploratrice s’y aventurera sans risque et sans couche.

     

    Faut-il privilégier le pot ou les grandes toilettes avec un réducteur ?

    Il faut privilégier l’installation avec laquelle l’enfant vous semble le plus à l’aise. Plus il pourra y accéder de manière autonome, plus cela facilitera l’acquisition. L’important est aussi qu’il puisse avoir une position stable. Souvent le pot est préféré pour les débuts. L’objet est mobile et de taille adaptée à l’enfant. C’est rassurant et confortable d’avoir les deux pieds ancrés au sol. Mais rien n’empêche de lui proposer les toilettes en utilisant un réducteur et un marchepied.

     

    Que faire si mon enfant refuse catégoriquement d’aller sur le pot ? Quelles peuvent être les raisons de ce refus ?

    Si malgré vos tentatives de l’intéresser au sujet, votre enfant botte en touche, pas de panique ! Le temps et le lâcher-prise seront vos meilleurs alliés. Il serait vraiment contre-productif d’en faire un sujet de conflit.

    Dans le cas d’un enfant qui ne semble pas s’intéresser au sujet, l’idéal est de lui laisser encore du temps. Il doit sûrement être occuper à développer d’autres compétences qui mobilisent, pour le moment, tout son intérêt. Continuez régulièrement à lui proposer le pot ou les toilettes. Invitez-le à imiter papa, maman, son frère ou sa sœur.

    Un enfant qui refuse catégoriquement le pot est souvent un enfant que l’on presse à passer des étapes. Vous aurez tout à gagner à faire une pause quelques semaines. On peut alors en profiter pour s’interroger : où en est l’enfant dans sa capacité et son envie de prendre soin de lui ? Aime-t-il participer aux changes, s’habiller ou se débarbouiller ? Où en est-il de son envie de grandir ? Que fait-il comme un grand ?

    Vous pouvez l’encourager, le valoriser, reconnaître ses efforts et la volonté qu’il met dans d’autres domaines que la propreté.

     

    Que faire si mon enfant refuse d’aller à la selle et qu’il réclame de mettre une couche ?

    C’est un cas fréquent. C’est une sorte d’étape dans l’acquisition de la continence. Rappelons-nous qu’un enfant est continent lorsqu’il est capable de fermer ses sphincters pour se retenir mais aussi de les ouvrir au bon moment. Donc un enfant qui réclame une couche pour faire ses selles est un enfant « propre » qui demande momentanément un autre contenant que le pot ou les toilettes, pour se rassurer, tout simplement !  Quand il se sentira prêt, il sautera le pas !

     

    Comment réagir face à un enfant qui a peur de ses selles ?

    Cette situation est également fréquente. Il y a ceux qui ont été surpris par leur premier caca dans le pot (ou dans le bain), ceux qui ont eu une mauvaise expérience de constipation et ceux qui ont besoin de comprendre !

    Dans tous les cas, expliquer à l’enfant ce que c’est, comment c’est fabriqué, pourquoi doit-on s’en séparer, d’où ça vient et où ça va, est une première piste à suivre. Là encore les livres sont d’excellents supports à la discussion.

    Vous pouvez aussi proposer à l’enfant tout un tas de matière (de l’eau, du sable, des cailloux, des bouchons…) à transvaser dans tout un tas de contenant avec ou sans fermeture. Par analogie, l’enfant comprend qu’il est lui aussi un contenant et qu’il peut décider de perdre ou garder de la matière sans que cela ne pose problème. 

     

    Comment gérer au mieux les sorties pendant l’acquisition de la propreté ?

    Comme vous le pouvez et comme vous le sentez ! Une des questions récurrentes est « puis-je lui remettre une couche pour un long trajet ou une longue sortie ? »

    Celui qui est le plus à même de répondre est le principal intéressé ! Les craintes des parents sont le manque de cohérence et le risque de « régressions ».  Si on explique bien à l’enfant les conditions de sorties, il comprendra que vous lui proposiez ce « joker », que les circonstances sont particulières. Et on lui reposera la question à la prochaine sortie, jusqu’à ce qu’il se sente capable de sauter le pas. S’il ne veut pas de couche alors faites-lui confiance, et prévoyez une tenue de rechange !

     

    Comment se comporter face aux petits « accidents » ?

    Avec la même bienveillance que lorsque votre enfant trébuche alors qu’il sait marcher ! Les « accidents » sont monnaie courante pendant plusieurs années. Quand ils sont répétitifs, on peut chercher à comprendre le déclencheur. Souvent, il s’agit d’une période de fatigue ou de la survenue d’un changement dans la vie de l’enfant (déménagement, naissance d’un frère ou d’une sœur, séparation des parents…). Quand on pense avoir identifié la cause, on peut en reparler avec l’enfant et aussi lui laisser le temps d’intégrer cette nouvelle donnée.

     

    Est-ce normal si mon enfant est propre à la maison et pas à la crèche ? Ou inversement ?

    C’est tout à fait normal ! Cela arrive fréquemment qu’un enfant choisisse un premier terrain d’expérimentation ! Un enfant propre à la maison mais pas à la crèche nous dit qu’il a encore besoin de l’atmosphère rassurante de son petit laboratoire avant de rendre public ses prouesses ! À la crèche, il y a pleins d’autres variables à intégrer : « comment je fais pour continuer à m’amuser avec les autres et penser à faire pipi à temps ? » ou « comment je fais pour poursuivre ma construction, garder mon jeu sans me le faire piquer et prendre le temps d’aller au pot ? »

    À l’inverse, certains enfants vont régulièrement aux toilettes à la crèche sans forcément y aller à la maison parce qu’ils sont portés par leur envie d’imitation d’un ou plusieurs copains.

    Une chose est sûre : s’il sait le faire à un endroit, il y arrivera bientôt partout !

     

    Que faire si mon enfant propre depuis plusieurs semaines ne semble plus l’être ?

    Il a réussi pendant un temps, il saura recommencer ! Parfois l’enfant a besoin de retourner dans sa zone de confort. C’est un peu reculer pour mieux sauter. Parfois il a besoin d’un délai supplémentaire. Il s’assure qu’en passant cette étape, tout ne se trouve pas chamboulé !

    Ces retours en zone de confort peuvent aussi être concomitants avec un événement de vie (naissance, séparation, décès…), un changement d’habitude (déménagement, changement de mode de garde, absence temporaire d’un parent…). L’enfant est alors occupé à traiter ce sujet important et ne peut momentanément plus s’occuper du sujet « continence ». Rassurez-le et voyez ce qu’il préfère : souhaite-t-il qu’on prévoie plus de change, qu’on le questionne plus souvent sur son besoin d’aller aux toilettes ? Veut-t-il remettre une couche à un moment précis de la journée, à un endroit précis ?

     

    Mon enfant entre bientôt à l’école et n’est toujours pas propre. Que dois-je faire ?

    Rappelez-vous : le déclic peut arriver du jour au lendemain ! Si vous êtes à quelques semaines de la rentrée et en vacances, vous pouvez en profiter pour proposer à votre enfant de se mettre en maillot à la plage ou dans le jardin. Tout le monde sait qu’on a le droit de faire pipi dans un maillot de bain, n’est-ce pas ? Ce sera l’occasion d’en parler avec lui. De mettre des mots sur ce qui s’est passé, ce qu’il a ressenti et comment il s’est senti.

    Si la rentrée des classes a lieu demain, prenez une grande inspiration, glissez plusieurs changes dans son sac et faites-lui confiance ! En première année de maternelle, la fréquence et la régularité des passages aux toilettes ainsi que l’envie d’imiter ses camarades aideront votre enfant ! Les premières semaines d’école sont sujettes à de nombreux accidents même chez les enfants propres depuis longtemps. Il faut que chacun se familiarise avec les lieux, les personnes, le rythme et les attentes. Les enseignants le savent et accompagnent les enfants sur ce chemin.

     

    Quid de la propreté nocturne ?

    Là aussi il existe plusieurs cas de figure. Certains enfants seront capables de se retenir pendant la sieste et la nuit peu de temps après l’acquisition de la continence diurne quand d’autres chemineront par étapes jusqu’à leurs 5 ou 6 ans. Si vous constatez plusieurs couches sèches au réveil, vous pouvez encourager votre enfant à passer le cap. Le meilleur indice étant bien sûr la demande de l’enfant.

     

    llustration de Gwé pour Z&C

    Portfolio de Gwé :

    https://mynameisgwe.com/

    https://gwenaelledudek.ultra-book.com/accueil

    À regarder également :

    L’émission La Maison des Maternelles, extraits du 3 mars 2020 et du 23 mars 2020 :

    https://www.youtube.com/watch?v=dDGkHGZVaLI

    https://www.youtube.com/watch?v=DGJv-ej0PyM

    Découvrez notre livre personnalisé pour aider l’enfant à apprivoiser le pot et à entrer dans un monde sans couche :

    https://www.zebre-et-colibri.com/livres/collections-livres-personnalisables-prenom-choix-avatar/le-pot

    Tous les livres et toutes les affiches à personnaliser sont disponibles sur le site de Z&C :

    https://www.zebre-et-colibri.com/catalogue

    Retrouvez également notre diplôme de l’arrêt de la couche à imprimer gratuitement : https://www.zebre-et-colibri.com/post/diplome-arret-stop-couche

     

Suivez-nous !

ABONNEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER

Pour recevoir l’actualité et les promotions de Zèbre et Colibri

Suivez-nous !

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Pour recevoir l’actualité et les promotions de Zèbre et Colibri

Ajouter un commentaire