• PARENTALITÉ

    15/04/2020

    La rentrée à l'école maternelle

    La rentrée à l'école maternelle

    Astuces et conseils pour aider son enfant à préparer sereinement son entrée en maternelle

     

    Questions à Christelle Vibet, professeure des écoles

     

    Comment bien préparer mon enfant à son entrée à l’école ?

    La première rentrée scolaire est un moment très important dans la vie d’un enfant. Elle symbolise l’entrée dans un monde nouveau qu’il va découvrir petit à petit et s’approprier. Pour beaucoup d’enfants, l’entrée à l’école correspond à une première expérience de la vie en collectivité. L’enfant crée à ce moment-là de nouveaux rapports sociaux en dehors de l’univers familial, avec ses camarades mais aussi avec les adultes de l’équipe éducative (les enseignant.e.s, les ATSEMs, les cantinièr.e.s, les animateurs.rices de la garderie, etc.). À la rentrée scolaire, l’enfant découvre également de nouveaux espaces (le préau, les classes, la cantine, le dortoir, les sanitaires, la bibliothèque, la cour de récréation, etc.). Il est aussi confronté à de nouvelles règles de fonctionnement, souvent assez différentes de celles qu’il connaît à la maison ! Tous ces changements peuvent être source d’angoisse, d’autant plus qu’ils correspondent aussi à une séparation avec la famille, cette enveloppe rassurante que l’enfant connaît depuis toujours. Il va devoir apprendre à s’en détacher pour découvrir un univers inconnu. Pour les parents, c’est aussi difficile de laisser son enfant aux adultes de l’école. L’équipe éducative y est généralement sensibilisée et porte une attention particulière aux enfants mais également aux parents lors des premières semaines d’école.

    Afin que la transition se fasse en douceur et le plus sereinement possible, vous pouvez préparer la rentrée avec lui :

    - Avant l’entrée à l’école, des premiers contacts peuvent avoir lieu par petites touches. N’hésitez pas à vous promener autour de l’école avec votre enfant, à observer les jeux de la cour et si possible à venir regarder les enfants jouer sur un temps de récréation.

    - Les crèches et les R.A.M. (relais d’assistantes maternelles) proposent parfois des échanges intéressants avec les établissements. Pensez à questionner le ou les professionnels qui s’occupent de votre enfant sur ce point.

    - L’année qui précède l’entrée à l’école, je vous conseille d’évoquer le sujet régulièrement, de manière positive : « Tu y découvriras... », « Quand tu seras plus grand, tu l’apprendras à l’école... », toutes ces évocations éveilleront sa curiosité. Lisez-lui également des albums jeunesse qui présentent ce nouveau monde en images afin de le rassurer.

    - Le moment de l’inscription est aussi un moment important de découverte pour l’enfant.

    - Après l’inscription administrative à la mairie de votre commune (ou de votre arrondissement), vous pourrez vous présenter à l’école de votre secteur où le directeur.rice vous accueillera pour procéder à l’admission. Il ou elle pourra alors vous faire visiter les locaux, vous présenter l’équipe éducative et discuter avec vous du déroulement des premiers jours.

    La plupart des écoles proposent des journées de découverte en mai ou juin pour les futurs élèves. Les modalités d’accueil diffèrent suivant les établissements, mais très souvent, les parents sont invités avec leur enfant à venir partager un moment de vie de la classe. Ces moments sont très importants. Ils permettent à l’enfant de se familiariser avec l’école grâce à la présence rassurante de ses parents.

     

    Comment lui présenter ce nouveau monde qu’est l’école ? Dois-je lui en parler ? De quelle manière ? À quelle fréquence ? Combien de temps avant la rentrée scolaire ?

    Le sujet peut être abordé à différents moments durant les trois années qui précèdent la première rentrée scolaire. Vous connaissez peut-être, par exemple, des enfants plus grands qui fréquentent déjà l’école et qui peuvent l’évoquer devant votre enfant. Vous pouvez également lui lire régulièrement des livres sur le sujet et en parler avec lui en lui racontant le déroulement d’une journée, les activités qu’on y fait, les récréations avec les copains, etc. Ces discussions régulières vont lui permettre de s’approprier le vocabulaire relatif à l’école tout en l’associant aux images des albums que vous lui ferez découvrir, mais aussi le familiariser avec ce monde qu’il ne connaît pas encore et donc le rassurer.

    Si votre enfant a un doudou, je vous conseille de l’inclure dans l’évocation de cette expérience future (« Quand tu iras à l’école avec Doudou... »). En effet, la plupart du temps, le maître ou la maîtresse invite l’enfant à venir avec son doudou ou avec tout autre objet le rassurant. Ces objets, dits « transitionnels », permettent de faire le lien entre la sphère privée et la sphère publique et rassurent l’enfant au moment de la séparation. Au moment venu, vous pourrez le glisser dans son sac : il sera le bienvenu en cas de petit chagrin ! Le doudou est très souvent accepté les premières semaines ou bien les premiers mois à l’école. Il s’éloignera progressivement de l’enfant en passant davantage de temps dans le cartable ou bien dans le panier à l’entrée de la classe, souvent prévu à cet effet.

     

    Comment se passe la première journée d’école ?

    La communauté éducative s’accorde à dire que la qualité d’accueil du jeune enfant ainsi que son bien être sont une priorité à l’école. Les protocoles d’accueil diffèrent suivant les établissements. Certains proposent une rentrée échelonnée sur plusieurs jours. La classe accueille alors de petits groupes d’élèves sur un temps très court le premier jour puis de plus en plus long les jours suivants. Ceci permet d’avoir moins de monde en même temps dans la classe, et l’enseignant peut alors passer davantage de temps avec chacun. Ce protocole vise à accorder aux parents et aux enfants le temps nécessaire pour être écoutés, informés et surtout rassurés.  En général, l’enseignant vous propose les premiers jours de rester un moment avec votre enfant le matin. Cette durée est variable et doit uniquement dépendre des besoins de l’enfant. L’enseignant et l’ATSEM vous invitent durant ce temps d’accueil à participer à diverses activités ludiques proposées sur les tables et dans les différents espaces de classes. Vous serez ensuite invités à quitter la classe et les enfants seront alors pris en charge par l’enseignant et l’ATSEM. Très souvent, le premier jour, les enseignants laissent les enfants découvrir la classe et tous les jeux qui s’y cachent. Ils peuvent aussi les regrouper pour lire une histoire, écouter une musique, chanter. Ils mettent très souvent en place des activités permettant à chaque enfant de découvrir ses camarades, son espace de classe et les différents temps qui jalonneront sa journée. Dans certaines écoles, les parents sont invités les premiers temps à récupérer leur enfant en fin de matinée afin que la rentrée se fasse en douceur et que les premiers jours ne soient pas trop longs. 

     

    Comment dois-je me comporter avec mon enfant lors de ce premier jour d’école, et notamment au moment de quitter la classe ?

    Si pendant les vacances, votre enfant s’est couché plus tard que d’habitude, pensez à avancer progressivement l’heure du coucher. La veille de la rentrée, il est important qu’il se couche tôt afin d’être bien reposé le premier jour. En effet, les émotions sont plus difficilement gérables lorsque l’enfant est fatigué. Il est également important que vous vous leviez suffisamment tôt pour prendre le temps de tout préparer tranquillement. Il serait dommage de courir dès le premier jour ! Sans compter que ce serait un facteur supplémentaire de stress pour lui !

    Lors de l’accueil du matin, afin que la séparation se fasse en douceur, il est indispensable de passer du temps avec son enfant dans la classe pour découvrir le milieu avec lui, et ce durant plusieurs jours ou plusieurs semaines. Ce temps doit être défini à l’avance avec l’enseignant, mais il peut être modulé en fonction des émotions exprimées par l’enfant. Avant de partir, le parent doit prévenir son enfant de son départ et lui expliquer quand il reviendra le chercher. Il est important d’éviter de prolonger la séparation et de revenir une fois la salle de classe quittée, quelle que soit la réaction de l’enfant. Il est également indispensable qu’il comprenne bien que vous reviendrez le chercher. La passation doit se faire en toute confiance. L’enfant doit sentir que ses parents sont rassurés pour se sentir lui-même en sécurité dans ce nouveau monde. Ne vous laissez pas submerger par vos émotions, montrez-vous rassurants et gardez le sourire ! Plus votre enfant vous sentira serein et plus il acceptera la séparation facilement. Lorsque vous reviendrez le chercher, essayez de ne pas être en retard les premiers jours. Au moment de la sortie, les enfants attendent leurs parents avec impatience !

     

    Comment réagir, quelle attitude dois-je adopter si, après le premier jour d’école, mon enfant me supplie de ne pas retourner à l’école ?

    Les premiers jours d’école correspondent à une période d’adaptation. L’enfant quitte un environnement rassurant pour en découvrir un nouveau. Au début, ces changements sont souvent facteurs de stress et peuvent engendrer des angoisses. Pour les parents, il est important d’accepter (même si ce n’est pas toujours facile !) que l’enfant vive des émotions négatives, car elles participent à la découverte de lui-même et à sa construction psychologique et affective. Soyez à l’écoute de ses angoisses, parlez-en avec lui, mettez des mots sur ces sentiments nouveaux et rassurez-le. Il doit sentir que vous l’accompagnez dans cette épreuve, que vous êtes là, mais aussi que vous lui faites confiance et qu’il est maintenant suffisamment grand pour y arriver. Soyez fermes et rassurants. N’hésitez pas à le valoriser lorsque vous remarquez qu’il fait un effort pour se séparer de vous le matin pour entrer en classe « seul, comme un grand ». Passez du temps avec lui après sa journée. Il doit sentir que vos sentiments restent inchangés malgré son entrée à l’école, que vous l’aimez toujours autant et que vous lui consacrerez toujours du temps. S’il devient plus capricieux ou agité durant cette période d’adaptation, c’est normal ! Vous pouvez assouplir certaines règles de vie à la maison (les premiers temps seulement) pour lui laisser le temps d’apprendre à gérer ses émotions. Si le moment du coucher est plus compliqué, par exemple, passez un peu plus de temps avec lui ! Le plaisir d’aller à l’école augmentera avec le temps, notamment lorsqu’il créera des liens avec des camarades de classe.

     

    Comment se déroulent les premières semaines d’école ?

    Les premières semaines d’école correspondent à une période d’adaptation. Le plus important est d’installer les conditions favorables pour que l’enfant se sente bien et qu’il puisse alors entrer dans les apprentissages. Dans un premier temps, l’enseignant va donc l’aider à accepter la séparation avec la famille. Afin qu’il se sente bien, il lui proposera des activités ludiques, des jeux qu’il ne connaît pas. En parallèle, il apprendra très rapidement aux élèves à respecter les règles de la vie en collectivité pour que chacun d’entre eux puisse trouver sa place dans la classe. Les premières semaines, tout se fait en douceur. Les adultes de l’école s’adaptent au rythme de chaque enfant et respectent son temps d’adaptation. En général, au début, les activités sont simplement proposées, rien n’est imposé. Les plus téméraires se lancent rapidement quand d’autres prennent le temps d’observer. Ce temps d’observation est parfois nécessaire pour développer la curiosité et l’envie d’essayer. La mise en place d’un emploi du temps, d’un fonctionnement de classe avec des temps particuliers d’apprentissage en petits groupes ou en individuel se construit petit à petit, au fil des premières semaines ! 

     

    À quoi ressemble une journée type d’école les premières semaines ?

    Les journées diffèrent évidemment d’une classe à l’autre. Afin que vous puissiez vous faire une petite idée du déroulement possible d’une journée de début d’année scolaire, je vous fais part de mon expérience et des activités que je peux mettre en place dans ma classe. Le temps d’accueil est évidemment assez long les premiers temps. Les parents sont invités à rester un moment pour découvrir avec leur enfant les différents jeux de la classe et les activités proposées sur les tables. Lorsque les parents sortent de la classe, on range les tables et on se rassemble pour chanter, lire une histoire et réveiller la mascotte de la classe. Celle-ci a une place très importante dans la vie de la classe car elle rapporte aux élèves toutes sortes de trésors, qui sont bien souvent en début d’année des outils ou des objets. On les nomme, on découvre leur utilité et où ils se rangent. Je leur propose ensuite des activités ludiques simples en petits groupes (peinture avec différents outils, pâte à modeler, puzzles, jeux de loto pour apprendre les prénoms des camarades, activités de repérage spatial dans l’école et la classe, etc.). Nous sortons en récréation et apprenons à connaître les camarades des autres classes. Des activités de motricité sont ensuite proposées : des jeux collectifs ou bien des petits parcours. Les premiers jours, les enfants découvrent le matériel de la salle de motricité. Ils apprennent à l’utiliser, à le nommer, à le ranger. Nous nous regroupons pour lire une histoire et faire le bilan de la matinée. Certains enfants rentrent alors chez eux, d’autres vont à la cantine. En début d’après-midi, les élèves de Petite Section font une sieste. Les premiers temps, il est parfois difficile de s’endormir avec les copains, dans un espace qui n’est pas familier. Cependant, la fatigue des semaines accumulées à l’école aide souvent à trouver le sommeil au bout de quelques temps. Le réveil des Petits s’effectue de manière échelonnée. Ils arrivent petit à petit dans la classe. L’enseignant leur propose alors des activités calmes qui leur permettent de se réveiller tout en douceur. Un regroupement a de nouveau lieu en fin d’après-midi, avant l’arrivée des parents. Nous faisons alors le bilan de la journée. La mascotte retrouve son lit et les élèves leurs parents !

     

    Que se passe-t-il si mon enfant ne fait plus la sieste à la maison ?

    La sieste répond à un besoin physiologique chez les jeunes enfants. Elle permet de contribuer à son équilibre psychologique, moteur, affectif et cognitif. Selon les spécialistes, un enfant entre 2 et 4 ans a besoin de 12 à 14 heures de sommeil quotidien. Une bonne qualité de sommeil permet à l’enfant d’être dans les meilleures dispositions pour apprendre et découvrir. Les documents officiels du ministère de l’Éducation nationale, datés de 2015 préconise « la proposition et l’organisation d’une sieste ou d’un temps de repos » à l’école.  Toujours selon les textes, « la majorité des enfants a besoin d’un temps de sommeil dès la fin du déjeuner : une sieste d’une durée d’une heure trente à deux heures correspond à un cycle de sommeil et permet de se sentir reposé. Le sommeil permet la récupération de la fatigue psychique et physique, les sécrétions de certaines hormones, la maturation du système nerveux chez l’enfant et favorise la mémorisation. À l’inverse, un manque de sommeil entraîne, entre autres, des troubles de l’attention et de la concentration, voire de l’agressivité. Le respect de ce besoin de sommeil assure l’équilibre des enfants et leur permet d’être disponibles pour les apprentissages (c’est pendant le sommeil que s’effectue l’ancrage des connaissances) ».

    Cependant, les textes officiels recommandent la sieste pour répondre aux besoins des enfants, sans la rendre obligatoire. Un enfant qui ne dort pas au bout de 20 minutes doit pouvoir se lever et bénéficier d’un simple temps de repos.

    Votre enfant ne fait plus la sieste à la maison. Cela ne veut pas dire qu’il ne la fera pas à l’école. En effet, les nombreuses sollicitations, la vie en collectivité et le rythme d’une journée de classe fatiguent bien souvent les enfants. Par contre, si après plusieurs essais, il ne dort toujours pas, l’enseignant en parlera avec vous et proposera un temps de repos ou bien des activités calmes.

     

    Quel doit être le niveau d’autonomie de mon enfant au moment où il rentre à l’école maternelle ? Et plus particulièrement concernant la propreté ?

    Selon l’Article L113-1 du code de l’Éducation : « Tout enfant doit pouvoir être accueilli, à l’âge de trois ans, dans une école maternelle ou dans une classe enfantine, le plus près possible de son domicile, si sa famille en fait la demande. » L’âge de l’obligation scolaire ayant changé, la propreté n’est plus une condition à son entrée à l’école. Si votre enfant n’est pas tout à fait propre à la rentrée, parlez-en avec l’enseignant et préparez un sac avec des vêtements de rechange. En règle générale, si l’enfant est prêt physiologiquement et psychologiquement, le passage à la propreté devrait se faire sans problème. D’autant qu’à l’école, les passages aux sanitaires se font très régulièrement ! Cependant, il est évidemment préférable pour l’enfant mais également pour l’équipe éducative que les élèves soient propres à la rentrée en maternelle. En effet, l’enfant se sent bien souvent gêné lorsqu’un accident survient en classe, devant les camarades. De plus, les moyens humains dans les écoles ne suffisent pas. Le nettoyage et le changement des élèves ne sont pas les seules attributions des ATSEMs ! Ils ont avant tout un rôle d’accompagnement éducatif. Les ATSEMs préparent le matériel nécessaire aux activités pédagogiques et prennent également en charge des groupes d’enfants sous la direction de l’enseignant. Plus les accidents seront nombreux, moins l’ATSEM sera disponible pour les autres enfants ! Je vous conseille de l’accompagner dans cet apprentissage de la propreté plusieurs mois avant son entrée à l’école : offrez-lui un petit pot et encouragez-le ! Les enfants ne demandent qu’à grandir et à être autonome !

     

    Si mon enfant ne me raconte rien, comment puis-je savoir ce qu’il apprend à l’école ?

    Quel parent n’a pas un jour rêvé d’être une petite souris pour voir ce qui se passe dans la classe ? La première année d’école est avant tout une année de socialisation. Les enfants apprennent à vivre ensemble. Ils sont invités à développer leur personnalité singulière et à s’affirmer au sein d’un groupe. Les enseignants s’adaptent à chaque enfant et prennent soin de les faire avancer à leur rythme en fonction de leurs besoins. Ils mettent en place des situations d’apprentissage variées, souvent sous forme de jeux, afin de développer leurs compétences. Le langage est au cœur des apprentissages, car il permet de développer la pensée puis de la structurer. Chaque situation de classe est une invitation à la pratique du langage. L’enseignant amène l’élève à verbaliser les actions, les situations vécues en classe. À l’école maternelle, les enseignants donnent aux enfants des outils qui leur permettent de développer leur créativité par le biais d’activités artistiques. Les élèves découvrent aussi les nombres, apprennent à se repérer dans le temps et l’espace, explorent les formes et les grandeurs. Ils pratiquent aussi tous les jours des activités physiques qui contribuent au développement de leur corps mais aussi à leur développement intellectuel et relationnel. L’école a pour vocation de développer l’enfant en tant qu’individu particulier au sein d’un groupe. Elle lui apprend les règles d’une vie en société tout en favorisant le développement de sa personnalité. Pour cela, l’enfant a besoin de sortir du cocon familial, d’évoluer dans un monde qui lui appartient. Lorsque votre enfant se sentira en sécurité à l’école, lorsqu’il goûtera à toutes les richesses de ce lieu, qu’il développera cette envie d’apprendre, qu’il découvrira de nouvelles amitiés, il ne faudra pas s’offusquer s’il se ferme parfois en refusant de vous raconter tout ce qu’il a vécu ! L’école sera alors son monde à lui, son jardin secret, dans lequel il pourra évoluer en toute confiance, sous le regard bienveillant des adultes qui l’entourent. Les enseignants sont bien conscients qu’il est parfois difficile pour les enfants de raconter ce qu’ils ont fait dans la journée. À cet âge, ils ne se repèrent pas encore bien dans l’espace-temps et ont besoin d’outils. Dans beaucoup de classes, un cahier de vie (ou un classeur) est mis en place. On y trouve des photos, des dessins, des explications écrites. Ce cahier est un support de langage qui aide l’enfant à se remémorer et raconter ses différentes expériences. Des dessins d’enfants viennent très vite décorer les murs de l’école et favorisent également le langage. N’hésitez pas à poser des questions aux enseignants et à prendre rendez-vous avec eux régulièrement pour découvrir ce qu’apprend votre enfant, ce qu’il fait et comment se passe la socialisation avec ses camarades.

     

    À découvrir également :

    L’article de Cool Parents Make Happy Kids

    L'émission La Maison des Maternelles, extraits du 17 mai 2019 et du 24 mai 2017

     

    Retrouvez le livre à personnaliser « La rentrée à l’école » de la collection « Petit à petit » sur le site des Éditions Zèbre et Colibri / Texte : Jeanne Favre-Gilly – Illustrations : Gwé – Astuces et conseils aux parents : Christelle Vibet

    Les titres de la collection « Petit à petit » déjà parus :

    La tétine

    La peur du noir

    La rentrée à l’école

Suivez-nous !

ABONNEZ-VOUS
À LA NEWSLETTER

Pour recevoir l’actualité et les promotions de Zèbre et Colibri

Suivez-nous !

ABONNEZ-VOUS À LA NEWSLETTER

Pour recevoir l’actualité et les promotions de Zèbre et Colibri

Ajouter un commentaire